Page 4 - Balliet - Polygone d'artillerie de Strasbourg au 18 et 19e
P. 4

Sur les cartes et plans, l’espace correspondant au polygone apparaît habituellement comme un terrain peu ou prou vierge de toute structure. Pourtant, une très belle planche dessinée par le géographe Duvotenay et gravée par Dyonnet fournit quelques précisions sur l’état du polygone vers 18202.
1. Il pourrait s’agir du bâtiment utilisé comme magasin aux voitures. 2. À des fins d’instruction, un front bastionné a été reproduit.
3. Buttes de tir
C’est avec quelque étonnement, mais sans réelle surprise, qu’on trouve reproduit sur le terrain du polygone un fragment de front bastionné. Il a été très probablement construit à l’aide de masses de terre à l’aune de ce qui était réalisé pour la fortification semi-permanente. On peut supposer que son usage était multiple : permettre l’instruction des canonniers à la manœuvre des pièces pour l’attaque (i. e. le siège) mais également la défense. La dimension du terrain permettait, à cette époque encore, de réaliser les écoles à feu.
Atlas pour servir à l'intelligence des campagnes de la révolution française. pl. XIX.
2
p. 4 Balliet J.M. — Un aspect méconnu de la place de Strasbourg : le polygone d’artillerie au début du 19e s.


































































































   1   2   3   4   5