Fortifications d’Ancône (Ancona, Italie) — Forte Altavilla

Forte Altavilla — Situation générale
Forte Altavilla — Situation générale

Si le patrimoine fortifié italien se révèle d’une richesse inouïe pour les périodes du Moyen-äge au 18e siècle, les périodes plus récentes et, plus particulièrement, le 19e siècle ne sont pas en reste !

Forte Altavilla — Vue depuis le front d'attaque

En raison de sa situation géographique, l’Italie compte également de nombreuses fortifications littorales… La ville portuaire d’Ancône (it. Ancona) donnant sur l’Adriatique dispose d’un patrimoine fortifié remarquable avec une citadelle construite par le célèbre architecte San Gallo mais également une série d’ouvrages du 19e dont le plus emblématique correspond probablement au Forte Altavilla, un des premiers forts du secteur construits après l’unité italienne !

Forte Altavilla

Genèse.

En effet, l’ordonnance du ministère de la Guerre en date du 12 décembre 1860 ordonne sa construction deux mois seulement après l’arrivée des troupes piémontaises à Ancône. Le comité des ingénieurs militaires basé à Turin, examina et modifia le projet à plusieurs reprises avant de l’approuver définitivement le 22 septembre 1862.

Comme l’ouvrage situé sur une colline voisine, le fort Umberto, il fait partie de la deuxième ligne de défense construite au 19e siècle. Construit sur une colline près de la ville de Pietralacroce, sa construction a débuté en 1863 pour s’achever en 1866. Le nom du fort est tout simplement inspiré d’une construction, une villa, qui existait auparavant. Bien que d’un plan assez classique — une batterie d’artillerie à ciel ouvert protégée par de l’infanterie —, le projet s’est révélé complexe en raison de l’augmentation continue des coûts de construction due à la forme et de la nature du terrain.

Dispositions architecturales.

L’ouvrage, construit de manière relativement symétrique, adopte un plan assez original, très différent des modèles autrichiens et français.

On accède à l’intérieur de l’ouvrage par une porte, située sur le côté gauche de la gorge de l’ouvrage, qui était précédée d’un pont-levis, aujourd’hui disparu. Dans les locaux adjacents, on trouvait bien évidemment le poste de garde, un local permettant la manœuvre du treuil du pont-levis et les locaux de commandement.

Forte Altavilla — Accès, plateforme & rampe d'artillerie
Forte Altavilla — Accès, plateforme & rampe d’artillerie

Forte Altavilla — Porte

Forte Altavilla — Porte

Forte Altavilla — Porte

Forte Altavilla — Citerne ou puits jouxtant le passage de porte
Forte Altavilla — Citerne ou puits jouxtant le passage de porte

La vaste plateforme d’artillerie, à laquelle conduit une rampe d’artillerie, est constituée d’un massif en terre dont l’escarpe est en terre coulante. Elle coiffe ainsi le passage de la porte, les habituels casernements, locaux d’artillerie, magasins à poudre et à munitions, etc.

Forte Altavilla — Plateforme d'artillerie et son escarpe en terre coulante
Forte Altavilla — Plateforme d’artillerie et son escarpe en terre coulante

L’organisation défensive du fossé est particulièrement développé. Sur la face gauche est disposée une caponnière saillante alors qu’au niveau de la face droite, la défense est assurée par des galeries de fusillades disposées dans la contrescarpe et couvrant le fossé à l’aide de feux de revers. Un semblant de caponnière, en réalité un simple mur à la Carnot, couvre la gorge de l’ouvrage. Dans son prolongement se trouve une caserne à partir de laquelle part une gaine menant à la caponnière.

Forte Altavilla — Source : Museo dell’Arma del Genio, Roma (via i Sedici Forti di Ancona)

Forte Altavilla — Vue d'apex

Forte Altavilla — Caponnière
Forte Altavilla — Caponnière

À l’opposé, on trouve d’autres casernements pour la troupe, la cuisine et une trappe conduisant à un passage souterrain menant au mur à la Carnot et aux toilettes. Une gaine à laquelle succède un escalier mène aux galeries de fusillade disposées dans la contrescarpe.

Forte Altavilla — Gorge de l'ouvrage et mur à la Carnot
Forte Altavilla — Gorge de l’ouvrage et mur à la Carnot

Forte Altavilla — Gorge de l'ouvrage et mur à la Carnot

Forte Altavilla — Gorge de l'ouvrage et mur à la Carnot

Armement.

9 canons de 16 cm montés à barbette sur un affût de siège — cannoni da 16 GR in barbetta con paiuolo d’assedio — à l’exception de la pièce numéro quatre installée sur un affût de place. Chaque pièce était approvisionnée comme suit : 372 obus, 18 obus à balles et 10 boites à mitraille.

6 obusiers —  obici da 24 GRC Ret. — avaient été prévus mais jamais installés.

Bien que situé en bord de mer, son action est avant tout terrestre et s’intègre au périmètre défensif autour du port d’Ancône.

Aujourd’hui…

L’ouvrage est très bien conservé, exempt de tous ces tags que l’on trouve habituellement en France, et parfaitement accessible puisqu’il fait office de parc municipal.

Forte Altavilla — Caserne (flanc gauche)
Forte Altavilla — Caserne (flanc gauche)

Forte Altavilla — Pompe

Forte Altavilla — Fossé

Orientation « sitologique »

Le site internet, en tous points remarquable de l’association pour les fortifications d’Ancône (il sito web, a tutti gli effetti notevole dell’associazione) : Sedici Forti di Ancona (avec de nombreux clichés complémentaires à ce billet)


Dr BALLIET J.M. — 2018



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *